0

Harcèlement moral au travail en entreprise

Le harcèlement psychologique encore appelé harcèlement moral en milieu de travail implique des actions manipulatrices de la part de l’agresseur afin de causer du stress et de la peur à la victime et pousser ce dernier dans l’incapacité de fournir paisiblement son travail au sein d’une organisation ou entreprise l’entrainant ainsi au retrait du travail et à l’absence des moyens de subsistance. En tant qu’attaque invisible, c’est une arme mentale puissante qui affecte le psychisme et nuit au corps du fait du manque de sommeil, d’appétit se désorientant de la nourriture ainsi que de la désorientation totale causant des troubles de santé et même des dysfonctionnements du cerveau.

Qu’est-ce qu’un harcèlement moral en milieu de travail ?

Le harcèlement psychologique, également connu sous le nom de harcèlement moral, se caractérise par tout comportement qui, en raison de sa nature répétitive et systématique, vise ou a pour effet de porter atteinte à la dignité de la personne et de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou choquant en milieu professionnel.
En d’autres termes, il s’agit de comportements répétés qui peuvent se manifester aussi bien chez les supérieurs hiérarchiques que chez les collègues, ce qui nuit considérablement aux relations de travail en nuisant à la santé mentale de la victime. Le harcèlement psychologique ne doit cependant pas être confondu avec de simples situations de stress ou de difficultés relationnelles au travail. Pour être qualifié de harcèlement psychologique, le comportement du harceleur doit dépasser le cadre des relations de travail normales. Ainsi, une simple circonstance des exigences et des vicissitudes de la vie de l’entreprise qui peut, à tort ou à raison, avoir été prise à cœur par le travailleur salarié, ne constitue pas nécessairement du harcèlement
Dans le langage courant par exemple, “harceler” quelqu’un signifie attaquer constamment quelqu’un. On peut donc supposer que si ces agressions affectent psychologiquement la personne, il s’agit d’un “harcèlement psychologique”. Mais c’est plus complexe que cela. Le concept de harcèlement psychologique a été créé et défini par la loi sur les normes du travail. Pour que la conduite constitue du harcèlement psychologique, tous les critères liés à cette loi doivent donc être prise en compte. Pour qu’il y ait harcèlement psychologique, le comportement doit:
Etre vexatoire et répétée, ou vexatoire et grave ;
Etre hostile ou non désiré par l’employé ;
Porter atteinte à la dignité ou à l’intégrité physique ou psychologique de l’employé ;
Créer un environnement de travail nuisible.

Différentes variations du harcèlement psychologique

Isoler quelqu’un, l’humilier devant d’autres collègues de travail, l’empêcher de s’exprimer, ou alors saper injustement ses compétences professionnelles, sont autant de manifestations concrètes du harcèlement psychologique. D’une manière générale, il existe deux (2) formes de harcèlement psychologique :

  • Le harcèlement psychologique direct,

lorsqu’une personne, le harceleur, prend délibérément des mesures ciblées contre une autre personne, portant ainsi atteinte à sa dignité. Il peut s’agir, par exemple, d’une situation où un supérieur hiérarchique, lorsqu’il remet un dossier à un employé, dépose délibérément et systématiquement le dossier avant que l’employé puisse le prendre, ce qui signifie que l’employé doit se pencher pour le récupérer ;

  • Le harcèlement psychologique de gestion,

qui consiste en une méthode d’organisation qui incorpore le harcèlement psychologique comme outil de gestion, même si ce n’était pas l’intention initiale ; les formes de harcèlement psychologique comprennent les actions collectives ayant un impact sur les individus comme, par exemple, la pression continue, abusive et malveillante qui mine la dignité des personnes en question. Néanmoins, cette forme de harcèlement psychologique doit être distinguée des pouvoirs de surveillance et de gestion courants et non abusifs de l’employeur.

Protection des employés faisant l’objet de harcèlement

La dépression, les troubles psychosomatiques, la perte de confiance en soi ou encore les troubles du comportement ne sont que quelques exemples des effets néfastes qui peuvent résulter du harcèlement psychologique. En France, plusieurs associations luttent activement contre toutes les formes de harcèlement psychologique.
Les tribunaux se réfèrent au droit commun lorsqu’ils statuent sur des cas de harcèlement psychologique lié au travail. Cela signifie toutefois qu’il appartient à la victime c’est-à-dire à l’employé de fournir non seulement la preuve des actes de harcèlement psychologique, mais aussi de prouver que le préjudice subi est directement lié au harcèlement psychologique allégué.

Obligations de l’employeur

Puisque l’employeur a le pouvoir de diriger l’entreprise, dans la mesure où il a connaissance des actes de harcèlement psychologique, il a le devoir de fournir à ses employés des conditions de travail normales et dignes. Ils doivent donc prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir et faire cesser toute forme de harcèlement psychologique au sein de l’entreprise.

Dans de telles situations, la jurisprudence prévoit que, même s’il n’est pas l’auteur des actes constituant le harcèlement psychologique, l’employeur peut engager sa responsabilité en tant que chef d’entreprise. Ils sont responsables, d’une part, de tenter de prévenir les actes de harcèlement psychologique et, d’autre part, d’imposer des sanctions disciplinaires à l’auteur du harcèlement.

Barbara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *